Controle technique à la kiwi way

Un petit post hors sujet 3615-Jeracontemavie

Quatre mois après son achat, mon VAN-maison avait besoin de repasser le contrôle technique. Mauvaise surprise, 2 suspensions à changer, 2 pneus, une attache moteur HS et la vidange que je devais faire depuis un ptit bout de temps… 3 devis rapides : 800, 950 et 1000 dollars ! WTF, NO WAY !

Après avoir un petit pleuré devant le mécano du contrôle technique il me chuchote qu’à Cromwell (50km de Wanaka) y’a un mec qui bosse bien et pas cher… ni une ni deux j’y vais de bon matin, le gars est super cool, il tient une casse, mais hélas n’a pas mes pièces. Je téléphone rapido à une autre casse (à 30km de là), et décolle immédiatement  pour aller récupérer une paire d’amortisseurs + attache moteur, le tout moitié prix. Je négocie un peu les prix et prends également de quoi faire la vidange. Au retour je repère des spots de VTT (j’ai un bon itinéraire foireux en tête…).

De retour à Cromwell on se speed avec le mécano pour tout faire en 2H… pari réussi, j’ai pu salir mes mains en donnant un coup de main pour démonter les roues, pneus et  suspensions. Cool de bricoler avec le mécano pour sa propre caisse. Bonne expérience vraiment, et le tout pour 500$, avec le sourire et du soleil. Mieux que les 1000 affichés au départ.

La photo de la journée, sur la route entre Cromwell et Alexandra :

Futur spot de VTT

Futur spot de VTT

Le VAN est prêt à repartir, et moi donc. A bientôt pour de nouvelles aventures !

Indonésie partie 1 – Bali

Si tu as 35 degrés tapes dans tes mains !!

Clap clap oui, ça y’est je suis arrivé en Indonésie ! Après une courte visite à Sydney, 8H de vols géniales avec Natasha (Brunei), Brice vient me chercher à l’aéroport de Denpasar, sur l’ile de Bali. Un coup de scooter et on arrive chez lui. Voici mon périple pour les 10 premiers jours :

Carte bali

Carte de Bali

Partie 1 : quelques jours en ville

Dès le lendemain, Brice m’a arrangé une loc pour un scoot : le top :) Sauf que les Indos sont vraiment des fous sur la route et que le code de la route est plutôt du genre “impose toi ou fais toi jeter”. Après quelques trajets je suis OK. Brice bossant la journée je suis donc tout seul, je rencontre sur la plage 2 françaises avec qui on passe une soirée (aka beach party, sono à donf sur la plage, boite de night & craziness). Ayant perdu Brice au cours de la soirée j’avais intérêt à retrouver ma route…

J’ai également décidé d’aller visiter la presque ile sud de Bali (Badung), Brice m’indique grosso modo la route, je pars sans carte, et passe 2H pour ne jamais trouver la plage qui est censée être à 30min de route : tant pis je trouve le temple d’Uluwatu, magnifique décor, au bord des falaises avec les vagues qui se fracassent tout en bas. J’y vois mes premiers singes.

Partie 2 : Ubud, les montagnes et la côte nord

Après ces quelques jours passés en ville, il est temps de bouger.  Brice m’emmène à Ubud, petite ville située a 50min de scoot de Denpasar. La ville est plutôt sympa, on va à la monkey forest pour jouer avec les singes, ils sont totalement habitués à voir des touristes (donc à racketter les bananes). Ils se laissent approcher et montent même sur nos épaules si l’envie leur en dit. Les petits sont joueurs, les adultes beaucoup moins et peuvent être agressifs… Après avoir trouvé un hôtel (bungalows) Brice rentre la maison, je passe la soirée avec Manon, Sarah et Steeve (FR + AUS) rencontrés le soir même pour aller boire un verre.

Le lendemain passe la journée avec Patricia (IT), on va visiter un temple (Elephant Cave). C’est sympa, on se marre bien et on finit la journée archi trempés (retour en scoot sous la pluie de type mousson). Mon tel ne survivra pas. Après avoir pu squatter une seconde nuit à Ubud (cadeau !), direction plein nord, les montagnes pour aller voir les rizières et une source d’eau chaude.

En route le temps se fait très menaçant, je rentre dans ce que je croyais être un temple, un petit vieux m’accueille et me présente au propriétaire de la maison…une russe, qu’on réveille (il était 13H !). Je me retrouve donc toute l’après-midi dans une maison typique luxe avec elle à manger des papayes et boire du thé, alors qu’il y a pluie battante dehors.

Fini la pluie, direction les sources d’eau chaudes de Angseri, la ça n’a pas cassé des briques (endroit plutôt pauvre et pas ouvert au tourisme, j’ai pas été très rassuré tout seul…), je m’attarde pas la dessus sinon que sur la route je vois effectivement ces rizières magnifiques…

Je repars passer la nuit à Bedugul, au niveau du lac Bratan, rien à voir la bas, je passe une soirée dans un homestay miteux juste avant qu’il ne repleuve. Le lendemain, pause photo avec les animaux de Bali et direction plein Nord, Lovina. La route dans les montagnes est magnifique, avec plein de singes sauvages.

Arrivée à Lovina, encore de la pluie, du gris, des énormes hôtels de luxes vides et des vendeurs agressifs, je passe mon chemin pour aller plein Est à Tulamben. Un stop bien mérité sur le temple Pojok Batu, avec une sculpture du premier cycliste de Bali (ehh ouaiissss !!).

Partie 3 : découverte de la plongée

Suite à ma lonngueeee journée depuis Bedugul et à mes déceptions pour Lovina et la côte nord de manière générale (petites plages, moches et sales), je m’arrête par hasard dans un centre de plongée, complètement KO et un peu malade, pour passer la nuit (les chambres pas chères). Le lendemain me sentant mieux, grand beau, je pars pour 2 plongées d’initiation avec Fabien, moniteur de plongée. Le pied : je n’aurais jamais imaginé que ça pouvait être aussi beau et aussi bien, d’être en autonomie sous l’eau ! Les récifs sont magnifiques, coraux et poissons dans tous les sens avec des couleurs superbes, Fab est super cool et je me sens comme un poisson dans l’eau : je ressors enchanté ! La deuxième plongée est sur l’épave du U.S.A.T Liberty, navire de guerre Américain de la seconde guerre mondiale torpillé par les japonais, qui repose maintenant entre 9 et 30m de fond a 50m du rivage. Le fait de descendre à 12m et voir cette épave m’en met plein la vue, vraiment, une des meilleures expériences all time !!

Je me laisse convaincre le soir avec Rebecca (GER) de faire la formation Open water, qui me permettra de descendre jusque 18m partout dans le monde et sans avoir à faire les plongées d’initiation. C’est parti pour 2 jours de révisions théoriques et plongées d’exercice (en piscine et surtout en mer !). Le lendemain Emma et Florian (FR) nous rejoignent, on est donc 5 à faire la courte formation.

Lors des plongées, toujours autant d’émotion : on aperçoit une tortue, un requin, un barracuda de 1m50 (!!!!), des murènes, anguilles jardinières, poissons clown, poisson feuille, rascasse, mérous, poisson pierre et j’en passe ! On se balade un petit peu dans l’épave (passages un peu étroits, le top) et on a tous droit à la remise des cartes dans l’épave, a 12m de fond : trop la classe le Fabien !

Pour les photos grosse déception de la part de la Gopro, je savais que ça rendait pas terrible sous l’eau mais là… Tant pis c’est dans la tête et c’est ça qui compte :)

Partie 4 : sud-est, Amlapura et Nusa Penida

 Suite aux plongées géniales des jours précédents, je continue ma route sur la pointe extrême Est de l’ile. La route qui longe le littoral est simplement magnifique, et très sauvage. On y trouve sur la route cochons ânes, coques et autres animaux plus ou moins domestiques. La route n’est pas très entretenue mais c’est bien passe avec mon p’tit scoot !

Ensuite un crochet au milieu des rizières et un temple vers Karangasen, ou j’ai bien sympathisé avec des locaux, puis direction Padangbai pour prendre un ferry pour Nusa Penida, petite ile au Sud Est de Bali, où je rejoins Emma et Florian. On y restera 3 jours pour aller nager avec les raies mantas, mais je mettrai des photos et description complète de ce petit paradis dans un prochain post !

 

Sydney Bab(e)y !

Un peu de vacances…dans les vacances !!!

Comme l’automne commençait à bien se faire sentir a Wanaka, j’ai décidé d’aller rendre visite à Audrey et Joffrey, en Australie, à Sydney ! Ces derniers étant en vacances en Tasmanie, nous nous sommes retrouves à l’aéroport de Sydney, pour une semaine en auberge. Quel plaisir de retrouver enfin des têtes familières, et surtout, mes amis !!

Le trip a plutôt bien commencé, je suis descendu en stop à Queenstown rejoindre mes amies Julie et Charlotte (rencontrées un mois auparavant sur une plage non loin d’Abel Tasman), qui m’ont gentiment hébergé et amené a l’aéroport en échange d’un repas délicieux cuisiné par mes soins (HUM !). Le vol se passe nickel, décollage au milieu des montagnes avec couché de soleil, j’ai été surclassé sans le savoir (j’ai eu droit aux soft drinks illimités + repas + téléviseur compact gratuitement, je n’ai pas cherché à comprendre…) et 3H après me voilà à atterrir de nuit en Australie avec vue sur le pont + opéra de Sydney ! Magique !

Ensuite s’en suit une semaine intense de marche urbaine avec Joffrey et Audrey, des plages environnantes (Bondi beach et Manly) au centre-ville. Je me suis senti complètement dans un autre monde les 3 premiers jours, ça faisait 2 mois que je n’avais pas vu de ville, et 3 mois sans grands immeubles ! Ok ça fait un peu pèquenot en ville, mais je sais m’adapter ;)
Le centre-ville n’est pas immense, l’entrée du port avec le fameux pont et l’opéra sont très impressionnants, j’ai adore le Darling Harbour, très animé le soir, ou on a pu voir un feu d’artifice avant d’aller au casino. Les plages de Bondi et Manly sont très touristiques mais magnifiques : on peut y voir le style de vie des locaux, couché de soleil sur la plage, beach volley et surf… posé. J’ai aussi bien aimé la piscine publique a débordement sur la mer. Et comme on ne peut pas passer en Australie sans faire un barbeuc, on s’est offert un kilo de bacon + œufs, on est australiens ou pas ??

On est un petit peu sortis le soir, boire un verre ou prendre des photos… On a croisé une chauve-souris immense (50 cm d’envergure !!!) en pleine ville. Sympa. On a également vu des perroquets blancs (leur nom m’échappe) et verts, extrêmement bruyants. Joffrey et Audrey, qui sont en Australie depuis 6 mois ont trouvé ça normal de voir autant d’animaux, mais pour moi c’était que du neuf, vu que la faune en Nouvelle-Zélande est plutôt ennuyeuse…

Je vous écris ce court article depuis Bali, ou je reste pour une vingtaine de jours, au chaud a 30 degrés.

A bientôt

WANAKA lifestyle !

Hello !

Oui, Wanaka. Ça se prononce comme ça s’écrit, et je n’ai que ce mot à la bouche depuis mon arrivée dans cette petite ville. Situation : Wanaka se situe au milieu des montagnes, au bord d’un lac, à 20min de route des stations de ski et 5min de supers spots VTT ! Cette petite ville (7 000 habitants) a environ 5 magasins de vélo, 4 de ski et au moins 5 boutiques de montagne. Voilà, maintenant que le contexte est placé, vous comprenez que je n’irai pas plus loin pour passer l’hiver !

Après une arrivée “difficile” (nuit très froide et coup de blues), j’ai trouvé un HelpXChange (souvenez vous, comme chez Jackie et Brian) ; je suis donc logé chez Jane, et son fils de 8 ans, Tao, en échange de services comme jardinage et autres bricolages diverses. A côté les activités ne manquent pas. Je vous vous laisse voir sur la vidéo !

Je me plais vraiment ici, je m’entend bien avec Jane et Tao, tout roule (c’est le cas de le dire !). D’ailleurs le VTT Blanc (GT FORCE 3.0 2013) est à moi, je l’ai acheté sur l’équivalent du bon coin ici pour un bon prix (j’ai bien négocié, faites moi confiance ;). Je me suis trouvé également un boulot sur une semaine en tant que “jardinier”, il s’agissait en fait plus d’élagueur, j’ai aidé Lee (mon collègue sur la vidéo, qui est d’ailleurs super cool) à abattre des arbres à longueur de journée… C’est pour la mairie, pas de soucis je n’ai pas participé à une quelconque déforestation !

Je fais du VTT quasiment tous les jours, dès fois avec Jane et son pote George, dès fois avec Lee ou tout seul (d’où les sessions dans le bike park…). C’est plein de singles aménagés, bien entretenus. Mais à mon gout ça manque de Vélo de Montagne ! On verra ça par la suite. Quand je bricole pas ou fais du VTT, je passe la plupart de mon temps avec Tao, à faire du trampoline (il est bon le petit !), des légos ou encore aller squatter une maison de rêve avec piscine intérieur (cf vidéo ;). J’ai aussi pu emprunter un de leur kayak, et faire un petit tour sur le lac. Taupe Coule, sauf qu’il s’est mis à pleuvoir, mais bon ça on le sait pas hein.

Je mets quelques photos, les paysages d’automne sont MAGIQUES, mais hélas en photo/vidéo ça ne rend jamais aussi bien qu’en vrai :)

Une autre aventure se prépare pour le mois de Mai, puisque je pars à Sydney rejoindre mes chers Joffrey et Audrey ! Ensuite je rejoins Brice à Bali pour 3 semaines d’été en Indonésie pour se préparer à passer l’hiver. Non mais, vous croyez pas que vous allez frimer avec vos photos de printemps et que je vais rester là sans rien faire !

A la prochaine pour encore plus d’aventures !

Franz Joseph et Fox Glacier

Après un peu de montagne à Arthur’s Pass, me voilà de retour sur la côte et la grosse grisaille / pluie !

Toujours direction sud, les aventures continuent avec Kath et Joana. Après avoir tenté de trouver des pingouins de nuit, sous la pluie sur une plage et cherché de l’or dans une rivière (désolé je suis toujours pas riche !), on arrive à notre point d’intérêt suivant : les glaciers !

carte

L’étape suivante, comme promis, c’est les glaciers ! Franz Joseph et Fox Glacier sont assurément les plus connus de Nouvelle Zélande, certainement par le fait qu’ils atteignent presque la mer ! Issu du même glacier, ces deux brins de glacier descendaient au début du siècle dernier jusqu’au niveau de la mer. Maintenant, ils descendent à moins de 300m au dessus du niveau de la mer !

Petite déception, en arrivant au pied de ces derniers, même pas une heure de marche du parking et des tonnes de touristes ! Ça change des glaciers plus ou moins accessibles qu’on a dans les Alpes !! Aussi grosse blague, $100 pour marcher avec un guide sur le glacier ! Ils prêtent chaussures + crampons, et marchent 15min sur la glace sur un chemin tout bien préparé ! (moment de dédicace à mes ais du CAF). J’ai mes crampons mais hélas par manque de temps j’ai pas pu aller faire mon petit tour solo (c’est ça de voyager à plusieurs !). Il y aura d’autres occasions, et ça sera plus prudent quand j’aurai acheté mon piolet ;) et aussi dans un endroit plus spectaculaire.

On s’est tapé un petit trip, pour Pâques on a décidé de monter table + chaises + guitare + chocolat au pied du glacier. On est parti avec le beau temps, on a mangé le chocolat avec de la grisaille et on est redescendus sous pluie battante. On a bien rigolé quand même :)

Pour les 3 jours passés auprès des glaciers, on a trouvé un camping gratuit au bord de mer : couché de soleil sur mer déchainée, tournez à 180° et vue sur les glaciers ! INIMAGINABLE ! Meilleur spot ever ! Vous imaginez que j’ai du sortir le kite, double check : mer et montagne en une fois !

Ensuite on poursuit notre route au sud, direction Copland Track, une rando connue pour ses sources d’eau chaudes ! Hélas bulletin météo alerte pluie sur toute la côte ouest, tant pis on décide de partir quand même et de faire la rando à notre manière (hors de question de payer $15 + résa en avance pour un refuge !). On part tard l’aprem pour rejoindre un bivouac à mi chemin des sources, on est 3 dans une hut de pour 2, mais on a un toit ! Il pleut à verse toute la nuit, et le lendemain matin. On y va quand même, mais Kath décide de rester au bivouac. Les traversées de rivières sont “audacieuses”là où il n’y a pas de pont. Arrivée aux sources archi trempés, mais rien ne vaut un bain bien chaud, sous la pluie, avec entre les nuages, des cascades à foison !!

16H ça se découvre, et comme nous n’avons pas réservé le refuge il faut partir. Joana rebrousse chemin pour rejoindre Kat, je décide de monter au refuge suivant, 3H de marche (en fait 2 en poussant un peu…). Je me retrouve à arriver tard dans un refuge à 1700m d’altitude, température en dessous de 10°, trempé, et personne pour m’avoir préparé un feu ! Ni une ni deux je coupe du bois et me fais un bon feu et sèche avant qu’il fasse nuit. La nuit fût fraiche, j’apprécie mon sac de couchage confort -2 !

Le lendemain je continue le chemin vers le Copland pass, qui permet de rejoindre Mt Cook en une journée, contre 600km en voiture ! Hélas pas assez de nourriture + col réputé très dangereux + pas de carte + tout seul, je m’aventure pas à plus d’une heure du refuge, le temps est magnifique et les glaciers splendides !! Moment magique, levé de soleil sur les glaciers, à 2 jours de marche de la route !

Le temps passe, je redescends vite, pause de3H aux sources d’eau chaudes (on a toujours le temps pour ça ;) : temps parfait, vue sur glaciers et toute la vallée ! Je me fais pote avec un Australien et des Américaines, que je dois hélas quitter pour aller rejoindre les filles au premier refuge avant la nuit (nouveau record…). Au refuge personne, j’apprends qu’elles sont redescendues au parking, ça me fera une seconde nuit tout seul en refuge :(

Le lendemain matin en quelques heures je les rejoins, et on reprend la route pour le sud, et quitter la côte Ouest.

Direction Wanaka, Queenstown et les milford ! Un nouveau chapitre commence !!

La petite histoire : en cherchant un spot pour camper au bord de la plage, j’emprunte un chemin de sable, au bout duquel un panneau dit “4×4 seulement au delà de ce point”. En soupirant je dis à Keth, encore un truc pour effrayer les touristes. Évidemment 5m plus tard je me retrouve ensablé. Bien fait pour moi. En tout cas on a bien rigolé et des locaux nous ont aidé à sortir de là.

Arthur’s Pass, un peu de montagne !

Arthur’s pass !

Après des aventures sous-terraines près de Karaméa (top west coast) je continue ma descente vers le sud avec Joana et Kat.
Une bonne douche bien chaude à la piscine municipale et un super spot pour camper le soir (couché de soleil sur la mer Tasman siouplais :), la prochaine étape est les Blowhole rock. Il s’agit en fait de grottes au bord de mer, qui, à marée haute, fond un bruit impressionnant et recrachent l’eau de mer qui s’y engouffre. Évidemment on arrive là bas pour la marée basse, encore un prétexte pour camper au bord de mer (à savoir couché de soleil – vagues – skimboard).
Le lendemain matin, marée haute, mais mer calme : on aura donc pas le droit aux fameux bruits sourds et éclaboussures ! Tant pis, on continue direction la montagne, Arthur’s Pass ! Je recroise en passant un allemand que j’avais rencontré 2 mois auparavant sur l’ile du Nord.

Aurthur’s Pass est un col montagneux sur lequel passe la route principale qui relie Chrischurch (Est) à Westport (Ouest). Ce parc national est réputé pour ses montagnes, et évidemment randonnées ! On y sera resté au total 5 jours. Le premier jour, après avoir totalement subi pluie, vent et froid, Kat décide de faire cavalière seule. Ok, le lendemain Joana et moi décidons de grimper sur Avalanch Peak, une petite rando qui sera en fait 6H de marche pour 1100m de déniv. Avec vue (entre les nuages) à 360° sur la quasi totalité du parc, faire la rando nous a permis d’avoir un petit aperçu de l’immensité du massif.
Le lendemain, la météo étant clémente pour les 3 prochains jours, direction l’Office du tourisme local pour louer une carte et planifier un petit trek de 3 jours.
Super météo, on part avec nos tentes mais finalement le premier soir on dort en refuge. Le deuxième jour est hors sentier, on passe un col en choisissant notre propre itinéraire à l’aide de la carte et de 3 américains qui étaient également dans le refuge. Petit lac en passant, baignade obligatoire :). Le soir c’est camping sauvage dans l’autre vallée, hélas pas abritée du vent (merci le sac de couchage thermostat 8 !).
Dernier jour, retour à Arthur’ Pass, où on retrouve Kat qui s’est faite peur seule en montagne (elle a bien failli redescendre en hélico..). Dernière nuit au bord du feu de camp (avec des locaux cette fois ci!) avant de reprendre la route vers le sud.

Niveau montagne certaines choses m’ont surprises : ils n’ont pas de cartes au 1:25000ème, que du 1:50000, donc pas très évident pour tracer hors sentier ! Ensuite, lorsque l’office du tourisme local ou le DOC proposent des itinéraires, ils ne précisent jamais les altitudes ! Ils restent très vague en mettant un temps très approximatif (e.g. Goat Hut : 8H). Autre chose, contrairement aux Alpes, les routes sont très éloignées des endroits engagés. Il faut donc en général quasiment une journée de marche pour atteindre des cols ou carrément sortir de la forêt. La moindre petite journée “engagée” demande 2 jours A/R d’approche. Carrément soulant à la longue la marche dans la forêt ! Ensuite, les chemins : quand on a pas droit au passage assez large et tassé pour faire des courses de chaises roulantes, ils sont capables de construire à 1500m d’altitude (1 jour de marche de la route) carrément des passerelles en bois ! C’est ou bien l’autoroute ou trace ta route entre les falaises avec une carte au 1:50000ème, c’est fou !

Le petit plus de cet épisode : lors d’un camping au bord de mer (oui, je faisais du skimboard avec le couché de soleil en arrière plan sur la mer !) on a aperçu des dauphins très près du bord ! Aussitôt j’ai voulu aller les rejoindre à la nage mais hélas dû à l’heure tardive je voyais rien dans l’eau ! C’est après être sorti qu’on a vite compris pourquoi les dauphins étaient si près du bord : en second plan on pouvait voir des orques qui étaient de chasse ! Trop beau, le pique nique sur la plage, dauphins, orques et couché de soleil en arrière plan. Un des moments forts !

Prochaine étape : les glaciers ! Et comme on se marre bien tous les 3, on continue ensemble :))

Top South Island : la vidéo

Après deux semaines très intenses, j’ai enfin pu finir mon montage (voir article dédié) :

Après avoir squatté 3 bibliothèques différentes, une laverie, un shelter et mon van, j’ai enfin pu arriver à ma fin ! Il s’agit en fait plus d’une série de photos que de vidéo à proprement parler.

Facts :

Je n’ai pas fait d’hydravion. Les scènes avec le vent et le sable ont littéralement rempli mon APN de sable ! La scène où je marche dans la foret, j’ai failli me casser la figure sur une racine juste avant la séquence. Il était formellement interdit d’accéder à la grotte par mauvais temps. Encore plus interdit d’y pénétrer… Mats, a trop géré le kite, que me suis pris dans la gueule en essayant de le filmer de (trop) près. La source (eau supra claire) débite 14 000 litres/seconde, la visibilité est de 10m de profondeur ! J’ai plongé depuis le ponton (prise de vue avec le sac + chaussures) mais j’ai oublié d’allumer la caméra… L’oiseau en gros plan (Weka) a essayé plusieurs fois de me soutirer de la nourriture. A défaut, il a tenté de prendre mes lunettes et ma gopro ! J’ai hésité plusieurs fois à plonger dans l’eau après avoir filmé les raies de très près. L’anguille qui se frotte à mes jambes est totalement inoffensive, et même très curieuse ! Ce sont des phoques ! Ni otaries ni lions de mer ! Un phoque m’a chargé et j’ai du partir en courant avant de décider de continuer à la nage.

Et enfin :

Les phoques sont faignants !

 

A noter que les endroits les plus beaux, les plus sauvages, où il y a le plus de choses à voir sont rarement dans les guides, et surtout sont GRATUITS ! Il suffit d’aller parler aux locaux pour avoir les bons plans, et ça vaut toujours le coup !

Karamea lifestyle !

Hey !

Une semaine après avoir quitté les plages paradisiaques d’Abel Tasman et Marlborough Sounds, on descend une centaine de kilomètres au sud pour être en pleine montagne ! Au programme randonnée de 3 jours aux alentours des Nelson Lakes, les paysages sont très similaires à ceux des alpes… Sauf, qu’ici, à 1200m d’altitude il n’y a déjà plus d’arbres et que de la caillasse ! Cette randonnée (toujours avec Kat) a également été une bonne excuse pour (enfin) tester ma nouvelle tente dans des vraies conditions de montagne, de sortir les vêtements de montagne et de tâter le peu de neige ;)

Ensuite après une (courte hésitation) on décide de monter à la petite ville de Karaméa, située en bout d’une route sans issue 100km au nord des itinéraires touristiques. Sans regrets, on y est restés 4 jours totalement exceptionnels !!
Situation :

Karamea map

Karamea map

Cette ville (aka patelin de 5 maisons + une supérette) a énormément de mal à attirer les touristes, dû à sa situation géographique et à son climat peu attrayant (6m de pluie par an !). Nous avons quand même tenté notre chance, et effectivement sur 4 jours on s’est tapé 3 jours de pluie ! Tant pis, il nous en faut plus pour nous arrêter. On rejoint Joana, une allemande rencontrée lors de notre rando aux Nelson Lakes. Au programme : arches gigantesques, balades dans foret tropicale, visite de mines et explorations de grottes, vers luisants  !

Bon, j’avoue qu’on avait pas prévu un tel niveau d’eau dans les grottes, il a fallu se mouiller (et bien !). Les filles sont supers, toujours partantes même si ça sentait le plan foireux. On s’est évidemment vite perdus et avons pris au pif des passages souterrains (un parcours qui devait initialement nous prendre 1H nous a pris plus de 3H !).

Et dernier jour, nous étions censés faire une balade de 4km, que j’ai petit à petit transformé en rando de 4H30, et comme il était tard et qu’il a commencé à faire nuit, j’ai réussi à convaincre les filles de rejoindre la route (et ne pas faire demi tour !) et faire du stop. Arrivée, depuis la foret tropicale / torrent / tunnels dans les rochers, à l’océan, avec couché de soleil magnifique !

Que du bonheur, voici les photos :

Le camping sous la pluie n’est pas toujours évident, en plus de ça les sandflies (sortes de mouches microscopiques qui piquent à longueur de journée) ne nous facilitent pas la vie. On s’arrange comme on peu, mais dès fois c’est un peu le mode survie, surtout pour la douche :

Shower time

Douche sous la pluie à Karamea

L’aventure continue, toujours plus au sud, et l’automne commence à bien se faire sentir !!

Intense arrivée sur l’ile du sud

Hello,

Quoi ?? Plus d’un mois sans nouvelles ? Mais que se passe-t-il ? Eh oui, ça y’est les grandes aventures ont vraiment commencé, je reviens à l’état sauvage !

Voici un plan pour situer l’action :

2013.03.13_MAP_topsouth

Je suis arrivé le 20 Février sur l’ile du sud, arrivée à Picton où 4 français rencontrés à l’auberge de Wellington m’ont accueilli (je m’y attendais pas, trop sympa ;). S’en suivent 4 jours de trek au bord de mer, le Queen Charlotte Track, paysage magnifique mais hélas grand gris les 2 premiers jours. Là je commence à essayer de pousser 2 de mes potes à faire du hors sentier balisé, mais sans succès… Au programme 70km de marche au bord de mer, eau transparente, raies et foret tropicale ! Camping quasi sauvage, dans les fameux camps du DOC (Department of Conservation) avec les Possums. On rencontre Katry’ana, une américaine qui traverse la NZ à pattes !

Je quitte ensuite Amélie, Marion, François et Simon pour rester 3 jours à Pelorus Bridge, super endroit sauvage le long d’une rivière magnifique, où je fais connaissance avec 2 allemands – un peu fous – et surtout ultra partants pour tout ! On perfectionne nos saltos et notre adaptation aux sandflies. On décide de faire le Nydia Track, dans les Marlborough Sounds, toujours au Nord Est de l’ile du sud. On s’organise une navette avec échange de clés, au total 35km de marche en une journée ! Hélas on doit se quitter car on ne prend pas la même direction. Dommage !

Direction Abel Tasman Park, pour faire le fameux coast track, l’un des itinéraire les plus couru de NZ. Hélas la météo n’est pas top, je me trouve donc rapidos un woofing de 3 jours à Takaka, une ville “alternative” – à comprendre totalement hippie. Super séjour, ce temps me permet de visiter des endroits qui ne nécessitent pas forcément du beau temps (grotte, foret vierge, cascades etc).

Après retour du beau temps, je quitte mon woofing pour monter au Farewell spit, banc de sable de 40km de long ! Hélas tempête de sable, mais grand soleil alors ça va ;) Paysage lunaire, magnifique, je vois les premiers phoques ! De retour vers Takaka, camping sauvage avec 3 allemands super cools dont Mats, avec qui on passe la matinée à faire du kite, sur une plage à marée basse. S’en suivent sessions plages paradisiaques, et enfin je peux commencer Abel Tasman Track, par la partie Nord (2 jours de marche).

MAGIQUE ! Il n’y a pas d’autres mots, des plages de rêve, eau turquoise, raies et phoques à foison juste à quelques mètres de moi, sable doré, et personne (basse saison !). Je m’aventure hors sentier sur le littoral, cette petite histoire sera décrite dans la vidéo qui arrivera prochainement ;) Par pur hasard, je retombe sur Katry’ana (aka Kat), l’américaine que j’avais croisée sur Queen Charlotte ! On décide ensemble de louer un canoé pour faire la partie sud du chemin. Là encore paysages magnifiques, on voit des phoques un peu partout, plein de raies et toujours aussi peu de monde ! Quel rêve, 2 jours de Canoé, camping au bord de l’océan et encore et encore des plages de rêve !

Je m’entends bien avec Kath, alors on fait un bout de chemin ensemble, on va aller ces prochains jours en montagne, vers les lacs Nelson (un peu plus au Sud). Ça devrait me changer des plages, je croise juste les doigts pour la météo, cette partie de la NZ est réputée pour son mauvais temps !

Et voici la vidéo des mes aventures (voir également posté dédié avec tous les détails) :

Le petit plus : au large de Tata Beach se trouvent 2 petites iles isolées, après avoir pris des infos sur les courants et marées, j’ai pu aller à la nage sur l’une d’entre elle, avec mon super sac étanche ! Hélas pas de phoques, ni otaries, ni pinguins, mais plein plein d’oiseaux sauvages, apparemment peu habitués à avoir de la visite. Environ 1800m de nage allé retour, et arrivée sur une ile déserte, avec eau transparente, bébés cormorans et raies. Trop bon !!

A+

EDIT Juin 2013 : vidéo est en ligne. Pour la vidéo des sauts avec mes potes allemands : www.youtube.com/watch?v=pOk_OGgyWmM

Direction sud : Wellington !

Quatrième (et court) chapitre !

Après les périples sur le very north de l’île du nord, changement radical de cap pour rejoindre l’ile du sud avant que l’hiver pointe son nez.
Après 2 courtes journées de woofing, le temps de prendre enfin une VRAIE douche (non pas au bord de la plage ;) et de recharger les batteries, je redescends sur Auckland pour aller chercher du courrier. Retour à la civilisation, je passe la soirée à squatter l’auberge à laquelle j’étais arrivé 3 semaines auparavant. Je retrouve des connaissances que j’avais faites et une bonne partie de la nuit à discuter avec mon amie chinoise (qui travaille à l’auberge). Je donne également des tuyaux à des voyageurs fraichement arrivés.
Je réalise comme c’est important de faire connaissance avec le plus de monde possible et de garder contact, la plupart des personnes rencontrées à mon arrivée avaient quitté l’auberge, mais ca m’a fait TELLEMENT de revoir des têtes familières !
Je passe ensuite la nuit dans mon van dans la rue et récupère le lendemain matin dans une auberge voisine un anglais pour partager la route.

2013.02_aucklandtowellington

C’est donc parti pour les 700km pour relier Auckland à Wellington, avec Dave, du pays de galles ! On décide de faire la route en 2 jours, surtout quand on a vu qu’on a mis presque 2H pour sortir de la ville !
Sur la route on dort à Taupo, près du fameux parc de Tongariro, une des TOP 5 activities de Nouvelle-Zélande. On voit sur la route les volcans, dont un fumant, on passe par des sources d’eau chaudes mais hélas impossible de se baigner dans celles ci, et nous n’avons pas de temps ! Je craque complètement, ça faisait 3 semaines sans voir de montagnes, c’est des volcans et on peut pas s’arrêter !! J’ai prévu de revenir ans la région au printemps.

On se gare à la tombée de la nuit devant une maison, et nous faisons inviter pour une douche et un ptit dej’ le lendemain :)
Pour la petite histoire, ils nous on dit qu’il était courant d’avoir des tremblements de terre : le plus fort ressenti a légèrement fissuré leur maison (faite en Pin, les briques n’étant pas recommandées dans les zones sismiques…) et les tiroirs s’ouvraient d’eux même. Apparemment c’est normal, zen :)

Arrivée à Wellington, le temps de trouver une auberge dans laquelle je peux garer mon van et je me retrouve en boite avec une australienne, anglaise, Hollandais, Chilien et mon pote Dave ! Ensuite s’en suivent 3 jours en ville pour faire du shopping, des musées et plein plein de rencontres dans mon auberge !

Wellington est une ville qui m’a vraiment plu, très très relax ! Les pentes du Mt Victoria (qui domine la ville) ont un air de San Francisco, le port est magnifique et très très bien aménagé. Je me suis trouvé incroyablement à l’aise à conduire dans ses rues, contrairement à Auckland ! J’ai également enfin observer un peu la vie des Kiwis citadins : les étudiants finissent les cours à 15H30 pour faire des activités extérieures : voile, aviron ou running. Pour le reste j’ai trouvé la population assez sportive dans l’ensemble.

Enfin, je prends mon Ferry direction la “très sauvage” ile du sud, avec mon répertoire bourré de nouveaux contacts, un semblant d’itinéraire et l’aventure continue !

Wellington, un stop qui m’a couté cher, voici une liste de shopping : tente ultralight, cuisinière à gaz + bouteille 6L, nouvelles enceintes pour le van (mode pimp my ride ;), VRAIE carte de la NZ, disque dur externe (le mien m’a lâché), bruleur + vaisselle ultralight de camping, guêtres d’alpinisme, et dernière chose que j’avais presque oubliée…les sorties en pub !
Mais c’est également un stop très riche en rencontres : Marion François Amélie Tom de France, David et Julie du Canada, Christian d’Allemagne, Mihoko (Japon), un Californien (San Diego), des Hollandais, un Chilien, Argentin, deux israéliennes, un Suisse et un Norvégien…et évidemment les 3 kiwies de la vidéo ;) Et ce qui est vraiment magique dans tout ça, c’est on parle tous la même langue !

Au prochain épisode, qui sera bien moins bétonné !

Galerie photo :