Raglan Lifestyle : SURF !

Bonjour à tous,

Pour la suite des aventures (et fin?!?!), après le road trip en famille qui aura duré plus d’un mois, je me retrouve tout seul en NZ. Sur les conseils d’Arthur et de Jane, je prends une voiture de loc puis direction Raglan, petite ville au bord de mer au Sud Ouest d’Auckland :

Raglan town, New-Zealand

Raglan town, New-Zealand

Raglan, c’est très connu pour être un super spot de surf. Et moi, le surf, j’y connais rien ! Qu’à cela ne tienne, je réserve un lodge pour deux nuits, et prévois d’essayer.

Finalement, je resterai 2 semaines complètes sur Raglan, dans ce même lodge tellement j’ai aimé ! L’ambiance dans le lodge (aka backpacker) y est excellente, petites chambres (4 lits) grande cuisine, grand salon et staff super sympa. Je me fais pote avec tout le monde et me retrouve dans les petits papiers de la gérante (j’ai régulièrement droit à être tout seul dans une chambre pour le même prix !).

Je me fais des potes des USA, et pas mal d’allemands, dont Loukas, qui a un skateboard (longboard) et m’apprend à m’en servir : bonnes sensations là aussi, mais sans protections, mes mains s’en souviendront ! Je passe mes journées à flâner, faire des randos, faire du longboard, et surtout, à surfer dès que les conditions sont bonnes !!

Effectivement, étant pote avec la nana de la location, j’ai droit à un super rabais ! Au final je me ferai également pote avec le gérant, qui me fais également des prix, même si il voulait absolument me vendre des cours au début (négation absolue, trop cher !).

Je loue une planche de surf + combinaison une à deux fois par jour (en fonction de la marée), et ça y’est, je suis un surfeur !

Bon en fait, côté surf… les 2 premières heures j’ai eu le droit à un paquebot (énorme planche de 8″ en mousse), sur laquelle j’ai appris à me lever. Je suis ensuite directement passé sur une planche plus petite (7″6, soit 2m20), certes toujours softop (dessus en mousse) mais je progresse très vite et prends rapidement les greenwaves (des vraies vagues, pas la mousse ;). Le loueur me file quelques tuyaux et une heure plus tard je fais mes premiers virages (je vais où je veux!). Le top !

Après quelques heures je comprends également comment ne pas trop galérer pour remonter les vagues, ne plus se faire lessiver à chaque vague qui arrive droit sur moi…

Que du pur bonheur, je ne soupçonnais pas de telles sensations en surf !!! C’est en effet très addictif et je reconnais que j’ai vraiment pris goût !

J’ai eu une session particulièrement géniale : la marée étant haute le matin à 7H et le soir à 19H, je loue une planche pour une heure le matin. Et en plus de me faire la ristourne habituelle, le loueur me fais la loc gratos le soir, me laisse la planche jusqu’au lendemain matin : c’est avec des conditions optimales (marée haute + pas de vent) que j’enchaîne les vagues, avec un couché de soleil magnifique sur l’horizon et des couleurs de fin de journée magnifiques. Plage de sable noir, collines verdoyantes, falaises éclairées par le soleil, ciel bleu foncé, parsemé de nuages noirs menaçants !

Je crois rêver et n’en reviens pas de la magie du moment. Je ne résiste pas et retourne sur la plage une fois ou deux pour prendre des photos tellement c’est magnifique !

Sur l’eau, je me fais des potes, allemands, kiwis, USA, peu importe on est tous assis sur notre planche à attendre la vague (la parfaite pour eux, et celle qui voudra bien me prendre pour moi !). On se fait des vannes, on déconne, et dès que ça glisse on crie de plaisir !

Mis à part de ces nouvelles sensations absolument géniales , Raglan est une jolie petite ville tranquille, communautaire (qui me fait penser à Wanaka d’ailleurs!) où tout le monde vit au rythme des marées et conditions : les locaux font régulièrement un crochet vers les spots de surf pour voir si ça surfe. Si oui, le taf attendra encore un peu ;)

Je vous écris ce billet depuis Auckland, où je passe une dernière grosse soirée avec mes amies locales, avant de passer ma dernière nuit à l’aéroport, et m’envoler pour une nouvelle aventure…

Une journée en mer

Bonjour à tous,

En un beau Samedi après-midi, entre une soirée entre colocs et la préparation de notre grosse soirée de départ de notre appartement, on a décidé de sortir le bateau de Davy. Davy, c’est mon ancien coloc, qui a acheté un bateau à la fin de l’été dernier (Juin) mais n’a pas eu le temps de le sortir…

Les filles ayant prévu leur journée filles, nous sommes partis entre mecs, du port Moselle, sandwiches, équipement de snorkle, cannes à pêches, combi et fusil à bord. On part pour une journée pêche et chasse, mais des soucis moteurs (et d’organisation…) nous font partir à midi : bien trop tard.

Tant pis on part quand même, on se contentera de faire du snorkling dans la réserve du phare Amédée, à 30min de bateau de Nouméa.

Quelques photos de cet endroit magnifique :

 Et une vidéo, parceque c’était vraiment joli et que ça me fait plaisir :)


A bientôt pour de nouvelles aventures !

Bref, j’ai fait un trail…

Une brève page de sport ;

Après un retour de vacances au ski en NZ, un pouce dans le plâtre et 3 jours de grippe, ça y’est mon coloc Quentin m’a persuadé d’aller faire un Trail. Un Trail, kézako ? En voici l’idée que j’en avais :

Une bande d’énervés partis pour courir dans des endroits improbables, comme des dératés, sur des distances ridiculement longues ! Bon ça fait un peu fermé d’esprit, mais à la base n’étant pas trop fan de courir, je ne sais pas trop comment je me suis laissé embarqué là dedans…

Et oui, qui dit sites improbables dit beaux sites, qui dit longues distances dit entrainement. Sans entrainement et adorant la course à pied (hum), on part donc pour 2 jours de camping à Poé pour le Trail, avec M. Christophe, ami d’Ecosse et Amélie, rencontrée dans l’avion lors de l’arrivée récente de Chris. Quentin, nous ayant été l’entraîneur, il nous a même fait une petite vidéo à mon éloge :

J’ai presque plus marché que couru, j’ai pris des photos, des vidéos, et même trimbalé mes couverts de camping… En fin de compte, résultats : Quentin a fait 15eme, Chris 45eme, et moi dans la première moitié (92eme !). On s’est quand même bien amusés, même si courir 1600m sur la plage, PLUS JAMAIS !

Je reviendrai volontiers sur les chemins de Trail pour les paysages magnifiques :

A très bientôt pour de nouvelles aventures sportives !

Nouvelle Calédonie lifestyle !

Eh oui, ça fait maintenant quasiment 3 mois que j’ai atterri à Nouméa, et souvenez vous, après une expérience formidable en NZ, un super week-end dans le sud de la Calédonie, j’ai repris le boulot !

Et que s’est il passé depuis ? En presque 3 mois ils s’en sont passés des choses, alors je vais vous raconter un peu comment je vis, ici, à Nouméa. Mais surtout les weekends, parceque en semaine c’est boulot et d’un coup c’est moins fun !

Je me suis donc trouvé une colocation dans une maison en centre ville (Vallée des Colons) avec Davy, Coralie Mélanie, Véronique et ses 5 chiens ! On s’entend bien, y’a tout ce qu’il faut, la déco est top et la maison est très agréable à vivre. Je me suis trouvé un 4×4 (je vous interdit de me traiter de kéké !) et donc je passe la plupart de mes week-ends avec Davy et ma bonne petite bande de potes en dehors de Nouméa.

On est partis quasiment tous les week-ends, que ce soit pour aller camper dans le Nord, sur la côte Est ou Ouest, ou même à la journée pour aller faire du kite ou sauter dans les rivières. Pour faire rapidement, voici sur carte ce qu’on a déjà visité :

Map

Road map Nouvelle Calédonie

Pour suivre une chronologie approximative, nous sommes partis 2 jours à Thio avec Davy Luce et Gautier : au programme snorkling (Palmes Masque et Tuba, aka pmt), camping / grillades au bord de mer, un peu de 4×4 au bord d’une rivière en cherchant des sources d’eau chauds qu’on ne trouvera jamais… et évidemment baignade dans une eau plus que chaude et limpide, tant dans la rivière que dans la mer ! En se perdant on est tombés sur une tribu, et avons sympatisés avec une couple de métros qui tiennent une maison d’hote. Apres avoir récupéré les bons tuyaux, on est allés se promener sur un banc de sable afin de contempler un magnifique couché de soleil. un moment magique, tous les 4 assis dans les 30cm d’eau, à 100m du rivage le plus proche…

Voici quelques photos pour immortaliser ce weekend magique :

Un autre weekend mémorable était notre camping à Poé, avec Gautier, Marion et Davy. Un peu le même principe, camping et grillades au bord de mer, mais cette fois-ci sur la côte Est, où le paysage est complètement différent : pas de grandes terres rouges mais toujours une végétation aride. On a vu des dizaines de cerfs lors de notre petite randonnée sur les hauteurs et un rassemblement de parapentistes. Hélas on est arrivés trop tard pour faire un baptême ! Le Dimanche on a découvert un endroit paradisiaque, en bord de plage, avec une petite cabane en bois, accessible uniquement en 4×4. Devinez où on a passé notre Dimanche :)

Et enfin, notre plus long week-end, qui, grâce à la magie des jours fériés nous a permis d’aller un peu plus loin dans le Nord. On est partis à 6 pour Hienghène, environ 400km de Nouméa, à la découverte d’une végétation complètement différente de ce qu’on avait vue jusqu’à présent. En effet dans cette partie de l’île la végétation y est beaucoup plus tropicale, avec cocotiers et bananiers à foison. Il manque plus que les singes et je me serais vraiment cru en Indonésie !

On a fait un peu de snorkling, plongée, profité des rochers surplombant la bord de mer et même fait une petite randonnée en fin de journée pour avoir la magnifique lumière de couché de soleil les rochers acérés qui surplombent le bord de mer ! Le soir on a encore eu droit à barbecue et noix de coco fraîchement cueillie et ouverte.

Le dernier jour, long retour par la côte Est, une petite pause à Canala auprès d’une cascade, juste le temps de manger, se faire casser les voitures et de se faire voler 600€ de matos. Je ferai, sans doute plus tard un article dédié à cette expérience, qui a été bien plus qu’une simple histoire de vol…

Voici les photos de notre road trip de 3 jours :

Et pour le reste des week-ends, c’est pas parceuqu’on part pas 2 jours que j’en profite pas : on va régulièrement piquer une te dans les rivières avoisinantes (Dumbéa, à 20 min de route de Nouméa) ou Yaté (souvenez vous ma première expérience en NC!). J’ai fais pas mal de plongées (j’en suis à 12 depuis que qu’ai passé mon Openwater en Indonésie), j’accroche pas trop en fait, j’aime par contre beaucoup faire de l’apnée, sur le principe d’avoir qu’une seule respiration et de se concentrer.

Niveau activités on s’est aussi fait une super journée à Nouméa, avec location de jet ski pour aller sur un îlot, à partir duquel nous avons fait un (court) baptême d’hélico au dessus du lagon ! Depuis l’hélico on pouvait voir les requins, tortues, raies, on a eu une superbe une sur la barrière de corail et une épave de chalutier échouée. On a enchaîné avec baignade dans une piscine naturelle (eau translucide, température à 31°, sable blanc et coraux magnifiques) avant de se poser sur un îlot pour pique nique. Une journée bien remplie et riche en sensations, car le jet ski moa y’aime bien moa !

Quelques photos en vrac :

That’s all folks !

Il y a tellement à raconter que je suis obligé de faire un condensé, éventuellement j’essaierai d’être plus assidu à mon poste de blogger…

Aussi j’ai reçu énormément de cartes postales, e mails et messages privés FB pour mon anniversaire et je vous en remercie, ça me touche beaucoup ! Car même si je suis entouré de gens géniaux ici, ma famille et mes amis de France me manquent terriblement ! J’ai aussi un GROS manque de sensation, le fait de m’être fait volé mon VTT en NZ me frustre vraiment, et pour le ski, bah bon la question se pose pas, j’ai abandonné mon projet d’aller skier au Japon en Février pour raisons financières !

Après si quelqu’un veut bien m’envoyer mon Lapierre… :)

A très bientôt pour de nouvelles aventures !!

Backpackers’ lifestyle

Mon aventure à Blenheim se termine… Que dire, je vous en avais déjà parlé pour les tremblements de terre, mais maintenant je vais décrire les 7 semaines passées dans cette petite ville.

Lors de mes dernières aventures, après le road-trip avec Julie, il fallait que je trouve un endroit où me poser quelques temps pour refaire un petit peu d’argent et passer l’hiver. Un coup de van et je me retrouve à Blenheim, en auberge de jeunesse, avec un boulot, tout ça en même pas 24H. J’aurai pas pu espérer trouver plus vite !

 

Le travail

Bon, c’est vrai, en 6 mois de voyage j’ai travaillé seulement une semaine, ça fait un peu faignant et mal au compte en banque. Alors il fallait bien que je m’y mette un peu ! Blenheim est l’une des principale agglomération de la région des Marlborough, qui est la première région productrice de vin. Je mettais toutes les chances de mon côté. Bingo, après y être arrivé, j’ai trouvé un travail dans les vignes. Comme des centaines d’autres backpackers ! Je me retrouve du jour au lendemain tailleur de vigne. Ma mission : couper tout ce qui dépasse du tronc et laisser seulement 5 canes, les plus robustes, pour que l’équipe d’après puisse les enrouler autour des fils de fer. Ma paie : 60 centimes par plante…

Ouch ! Bon c’est un petit peu pénible, mais en fin de compte j’arrive à atteindre le SMIC (donc je ne coûte rien à mon employeur), je me permets de prendre mon temps. Et puis certes c’est physique, mais en fin de compte, ça fait un peu d’exercice et puis dehors, il fait beau et bon. Alors pourquoi pas…

J’ai fait ce travail pendant 4 semaines, en logeant en auberge de jeunesse. Parce que quand on travaille, et surtout en hiver, camper c’est pas très drôle et la douche chaude le soir est bien appréciée !

 

L’auberge de jeunesse

J’estime avoir été très chanceux, pour être tombé par hasard sur cette auberge dès mon arrivée à Blenheim. Il s’agit de CopperBeech Backpacker (non je ne fais pas de pub!), auberge qui est également surnommée « a home far away from home ». Explication. Il s’agit d’une immense maison, autrefois un couvent, avec un total de 37 lits, des chambres doubles ou dortoirs de 4, 6 ou 8, une cuisine immense, un salon TV, pièce pour Internet, un grand jardin, et un petit abris chauffé à l’extérieur pour faire la fête…

L’auberge est occupée exclusivement par des voyageurs, qui restent principalement sur du long terme (de plusieurs semaines à plusieurs mois). Tout le monde fait plus ou moins le même travail (dans les vignes pour les garçons et usine de mise en bouteille pour les filles), et de nationalité très différentes (Allemagne, Italie, Royaume-Uni, République Tchèque, Finlande, Amérique du sud ou Asie). Très peu de français dans cette auberge (on est 3), chose rare en Nouvelle-Zélande ;de toute manière il est strictement interdit de parler sa langue natale.

L’auberge appartient à des Kiwis, mais est également tenue par un couple de backpackers : Vinnie (Belgique) et Svatka (Rép. Tchèque). Ils sont payés pour faire le ménage, accueillir les nouveaux, organiser des activités et faire un peu la police quand les soirées dérapent un peu trop…

Ils ont été géniaux. Avec toute l’énergie que leur travail demande, ils sont parvenu à créer et conserver une ambiance géniale dans l’auberge. Thumbs up for Vinnie & Svatka !

L’ambiance

Comme on vit tous dans la même maison, avec tous le même travail pénible, et qu’on a des managers géniaux, forcément, ça donne une super ambiance le soir et weekends. Il faut bien décompresser, chaque soir on a toujours quelque chose d’organisé, de la soirée fish&chips, pizza film, happy-hour au pub ou repas à thèmes ou barbecues ou anniversaires surprise, il suffit de dire oui ! Et n’importe quel prétexte est bon pour célébrer, et faire une bouffe, nouveau travail, anniversaire, départ et même licenciement !

On cuisine souvent à plusieur ou avec notre « cooking buddy », on a des grands débats sur le choix du film de la soirée, des balades sur les collines avoisinantes, des mission supermarché, grand repas international, des grosses soirées (souvent déguisées) et évidemment des ragots à tout va…bref on s’amuse bien, tout le monde se connaît bien et s’apprécie (dans l’ensemble…).

Voici quelques photos lors de mon séjour à Blenheim :

Pour finir, mon séjour dans cette auberge a été sans doute la meilleure expérience de mon voyage en NZ, vivre en backpack était quelque chose que je n’avais pas fait et qu’il me manquait. J’ai refais le plein d’énergie, de connaissances, de fête et surtout d’émotions ! Je ne me suis jamais autant senti chez moi depuis que j’ai quitté Lyon (en Décembre dernier!), ce fut vraiment difficile de quitter cet endroit magique où tant d’histoire, d’amitié et de souvenirs se sont créés en seulement 7 semaines.

Après un long départ sanglotant, je me suis retrouvé tout seul au bord de la route, à faire du stop avec toute ma vie dans 150litres de sacs à dos. Moment difficile… très dur même. Puis comme chaque fois en voyage, les choses s’arrangent par d’elles mêmes ou avec un petit coup de pouce.

Mais ça, c’est pour le prochain épisode !

J’ai vendu ma maison…

Oui ça y’est, j’ai plus de maison ! Après son achat, 7 mois auparavant à 2 Suisses, c’est Tom (Israël) qui est reparti avec mon van ce matin ! Il a eu un coup de cœur, c’est vrai qu’il était parfait et que j’en ai fais des envieux ! C’est un peu triste de savoir que je ne reprendrai plus la route avec, 7 mois d’aventures, ça en fait des histoires !

Facts :

J’aurai dormi au total 4 mois complets dans mon van (je retire 1 mois à Wanaka, 1 mois en Indonésie et 1 mois en auberge à Blenheim). J’aurai parcouru environ 20 000km, sur leurs « autoroutes » (nationale de chez nous), routes de gravier, glace, boue et sable (où je suis resté bloqué quelques fois…). Aucun accident, juste un petit scratch sous le parechoc (faut dire que ce cailloux était mal placé !).

Et comme mon van c’était aussi ma maison, j’y perdais régulièrement mes affaires, qui réapparaissaient comme par magie quelques jours (ou mois….) après. C’est fou cette capacité à perdre tant de choses dans un si petit espace !

J’ai revendu mon van pour le même prix d’achat, soit 3500$, mais j’y ai mis près de 300$ d’aménagement (rideaux + transformation du lit en canapé + cuisinière à gaz), 600$ de contrôle technique, et une quantité incroyable d’essence. Mais j’ai économisé des centaines de dollars en faisant du freedom camping, prenant la douche dans une rivière ou un lac, et squatté les WC publics pour la vaisselle et eau potable.

Même si l’entretien m’avait couté plus cher : avoir son propre moyen de locomotion en NZ n’a pas de prix !

Au total j’ai voyagé avec 5 personnes (dans le van) : Simon (FR), Robert (UK), Katry’ana (USA), Joana (GER) et Julie (FR). Et ça s’est toujours bien passé, même si dès fois une bonne organisation demande d’être un peu carré… Mais tant que le poste mp3 tourne on se marre bien (hein Julie !).

Le camping sauvage, c’est aussi des galères pour trouver un endroit tranquille,un peu de stress (interdiction formelle de camper), un peu de suspens (regarder the walking dead de nuit en pleine foret tout seul…), des températures étouffantes (en plein été au bord de mer) ou glaciales (au milieu des montagnes enneigées, par -5°C!). Le camping sauvage c’est un peu partout, au milieu de nul part avec les vaches, dans une banlieue chiquos, ou simplement arriver le soir dans le noir et se réveiller avec une superbe vue. Une seule expérience « moyenne », quand des locaux sont venus faire un rodéo au milieu de la nuit autour de nos vans.

Inventaire :

6 paires de chaussures, mais une seule paire de tongs, 3 paires de lunettes de soleil (mais j’ai perdu mes force bleue), 1 sac de transport 110l, 2 sacs à dos, 2 sacs waterproof, une tente, 3 sacs de couchages, 3 sacs à viande, 2 chaises + 1 table + 1 matelas de camping, 2 frontales + 3 torches, 3 coussins + 2 couvertures, 2 réchauds + recharges gaz, un skimboard (ohh yeahh), une guitare, un VTT, un volleyball, une raquette de squash (???), 1 cane à pêche, masque et tuba, 3 bouteilles de gaz (4 et 8kg), 2 pneus VTT downhill (des Highroller supertacky!!) + plein de pièces détachées de vélo, casque VTT, sacoche d’ouvrier + outils, bâche camouflage, douche solaire, tendeurs, ficelles et câbles divers, tuyau d’arrosage, clef 3G plus tonnes d’adaptateurs et convertisseurs divers, 2 atlas complets NZ, 3 guides de voyages (dont un pour la Thaïlande, ça peut servir en NZ!), des bouquins (en anglais, français, allemand et des cours de guitare) combinaison de ski + masque, 2 trépieds photo, des tonnes de couverts et ustensiles de cuisine (plus que ce que j’avais dans mon appartement…) mais un seul mug, et surtout un toaster (trop la classe le pain grillé le matin!), et j’en oublie encore certainement…

C’est quand même fou tout ce qu’on peut accumuler en voyageant ! Ce qui est sûr c’est que le tri a été assez sélectif, car ma coloc (GER) m’a vite fait comprendre que notre chambre devrait être propre et rangée…

Quelques photos du van lors de mon voyage :

Voilà c’est la fin d’une belle aventure, de beaucoup de délires, des tonnes de sourires et chants complètements faux ! Je reste encore dans mon auberge à Blenheim pour quelques jours avant de refaire un petit tour de mes coups de cœur sur l’ile du Sud, puis quitter la Nouvelle-Zélande vers de nouvelles aventures, plus exotiques. Mais je raconterai tout ça bientôt !

Controle technique à la kiwi way

Un petit post hors sujet 3615-Jeracontemavie

Quatre mois après son achat, mon VAN-maison avait besoin de repasser le contrôle technique. Mauvaise surprise, 2 suspensions à changer, 2 pneus, une attache moteur HS et la vidange que je devais faire depuis un ptit bout de temps… 3 devis rapides : 800, 950 et 1000 dollars ! WTF, NO WAY !

Après avoir un petit pleuré devant le mécano du contrôle technique il me chuchote qu’à Cromwell (50km de Wanaka) y’a un mec qui bosse bien et pas cher… ni une ni deux j’y vais de bon matin, le gars est super cool, il tient une casse, mais hélas n’a pas mes pièces. Je téléphone rapido à une autre casse (à 30km de là), et décolle immédiatement  pour aller récupérer une paire d’amortisseurs + attache moteur, le tout moitié prix. Je négocie un peu les prix et prends également de quoi faire la vidange. Au retour je repère des spots de VTT (j’ai un bon itinéraire foireux en tête…).

De retour à Cromwell on se speed avec le mécano pour tout faire en 2H… pari réussi, j’ai pu salir mes mains en donnant un coup de main pour démonter les roues, pneus et  suspensions. Cool de bricoler avec le mécano pour sa propre caisse. Bonne expérience vraiment, et le tout pour 500$, avec le sourire et du soleil. Mieux que les 1000 affichés au départ.

La photo de la journée, sur la route entre Cromwell et Alexandra :

Futur spot de VTT

Futur spot de VTT

Le VAN est prêt à repartir, et moi donc. A bientôt pour de nouvelles aventures !

Indonésie partie 1 – Bali

Si tu as 35 degrés tapes dans tes mains !!

Clap clap oui, ça y’est je suis arrivé en Indonésie ! Après une courte visite à Sydney, 8H de vols géniales avec Natasha (Brunei), Brice vient me chercher à l’aéroport de Denpasar, sur l’ile de Bali. Un coup de scooter et on arrive chez lui. Voici mon périple pour les 10 premiers jours :

Carte bali

Carte de Bali

Partie 1 : quelques jours en ville

Dès le lendemain, Brice m’a arrangé une loc pour un scoot : le top :) Sauf que les Indos sont vraiment des fous sur la route et que le code de la route est plutôt du genre “impose toi ou fais toi jeter”. Après quelques trajets je suis OK. Brice bossant la journée je suis donc tout seul, je rencontre sur la plage 2 françaises avec qui on passe une soirée (aka beach party, sono à donf sur la plage, boite de night & craziness). Ayant perdu Brice au cours de la soirée j’avais intérêt à retrouver ma route…

J’ai également décidé d’aller visiter la presque ile sud de Bali (Badung), Brice m’indique grosso modo la route, je pars sans carte, et passe 2H pour ne jamais trouver la plage qui est censée être à 30min de route : tant pis je trouve le temple d’Uluwatu, magnifique décor, au bord des falaises avec les vagues qui se fracassent tout en bas. J’y vois mes premiers singes.

Partie 2 : Ubud, les montagnes et la côte nord

Après ces quelques jours passés en ville, il est temps de bouger.  Brice m’emmène à Ubud, petite ville située a 50min de scoot de Denpasar. La ville est plutôt sympa, on va à la monkey forest pour jouer avec les singes, ils sont totalement habitués à voir des touristes (donc à racketter les bananes). Ils se laissent approcher et montent même sur nos épaules si l’envie leur en dit. Les petits sont joueurs, les adultes beaucoup moins et peuvent être agressifs… Après avoir trouvé un hôtel (bungalows) Brice rentre la maison, je passe la soirée avec Manon, Sarah et Steeve (FR + AUS) rencontrés le soir même pour aller boire un verre.

Le lendemain passe la journée avec Patricia (IT), on va visiter un temple (Elephant Cave). C’est sympa, on se marre bien et on finit la journée archi trempés (retour en scoot sous la pluie de type mousson). Mon tel ne survivra pas. Après avoir pu squatter une seconde nuit à Ubud (cadeau !), direction plein nord, les montagnes pour aller voir les rizières et une source d’eau chaude.

En route le temps se fait très menaçant, je rentre dans ce que je croyais être un temple, un petit vieux m’accueille et me présente au propriétaire de la maison…une russe, qu’on réveille (il était 13H !). Je me retrouve donc toute l’après-midi dans une maison typique luxe avec elle à manger des papayes et boire du thé, alors qu’il y a pluie battante dehors.

Fini la pluie, direction les sources d’eau chaudes de Angseri, la ça n’a pas cassé des briques (endroit plutôt pauvre et pas ouvert au tourisme, j’ai pas été très rassuré tout seul…), je m’attarde pas la dessus sinon que sur la route je vois effectivement ces rizières magnifiques…

Je repars passer la nuit à Bedugul, au niveau du lac Bratan, rien à voir la bas, je passe une soirée dans un homestay miteux juste avant qu’il ne repleuve. Le lendemain, pause photo avec les animaux de Bali et direction plein Nord, Lovina. La route dans les montagnes est magnifique, avec plein de singes sauvages.

Arrivée à Lovina, encore de la pluie, du gris, des énormes hôtels de luxes vides et des vendeurs agressifs, je passe mon chemin pour aller plein Est à Tulamben. Un stop bien mérité sur le temple Pojok Batu, avec une sculpture du premier cycliste de Bali (ehh ouaiissss !!).

Partie 3 : découverte de la plongée

Suite à ma lonngueeee journée depuis Bedugul et à mes déceptions pour Lovina et la côte nord de manière générale (petites plages, moches et sales), je m’arrête par hasard dans un centre de plongée, complètement KO et un peu malade, pour passer la nuit (les chambres pas chères). Le lendemain me sentant mieux, grand beau, je pars pour 2 plongées d’initiation avec Fabien, moniteur de plongée. Le pied : je n’aurais jamais imaginé que ça pouvait être aussi beau et aussi bien, d’être en autonomie sous l’eau ! Les récifs sont magnifiques, coraux et poissons dans tous les sens avec des couleurs superbes, Fab est super cool et je me sens comme un poisson dans l’eau : je ressors enchanté ! La deuxième plongée est sur l’épave du U.S.A.T Liberty, navire de guerre Américain de la seconde guerre mondiale torpillé par les japonais, qui repose maintenant entre 9 et 30m de fond a 50m du rivage. Le fait de descendre à 12m et voir cette épave m’en met plein la vue, vraiment, une des meilleures expériences all time !!

Je me laisse convaincre le soir avec Rebecca (GER) de faire la formation Open water, qui me permettra de descendre jusque 18m partout dans le monde et sans avoir à faire les plongées d’initiation. C’est parti pour 2 jours de révisions théoriques et plongées d’exercice (en piscine et surtout en mer !). Le lendemain Emma et Florian (FR) nous rejoignent, on est donc 5 à faire la courte formation.

Lors des plongées, toujours autant d’émotion : on aperçoit une tortue, un requin, un barracuda de 1m50 (!!!!), des murènes, anguilles jardinières, poissons clown, poisson feuille, rascasse, mérous, poisson pierre et j’en passe ! On se balade un petit peu dans l’épave (passages un peu étroits, le top) et on a tous droit à la remise des cartes dans l’épave, a 12m de fond : trop la classe le Fabien !

Pour les photos grosse déception de la part de la Gopro, je savais que ça rendait pas terrible sous l’eau mais là… Tant pis c’est dans la tête et c’est ça qui compte :)

Partie 4 : sud-est, Amlapura et Nusa Penida

 Suite aux plongées géniales des jours précédents, je continue ma route sur la pointe extrême Est de l’ile. La route qui longe le littoral est simplement magnifique, et très sauvage. On y trouve sur la route cochons ânes, coques et autres animaux plus ou moins domestiques. La route n’est pas très entretenue mais c’est bien passe avec mon p’tit scoot !

Ensuite un crochet au milieu des rizières et un temple vers Karangasen, ou j’ai bien sympathisé avec des locaux, puis direction Padangbai pour prendre un ferry pour Nusa Penida, petite ile au Sud Est de Bali, où je rejoins Emma et Florian. On y restera 3 jours pour aller nager avec les raies mantas, mais je mettrai des photos et description complète de ce petit paradis dans un prochain post !

 

Sydney Bab(e)y !

Un peu de vacances…dans les vacances !!!

Comme l’automne commençait à bien se faire sentir a Wanaka, j’ai décidé d’aller rendre visite à Audrey et Joffrey, en Australie, à Sydney ! Ces derniers étant en vacances en Tasmanie, nous nous sommes retrouves à l’aéroport de Sydney, pour une semaine en auberge. Quel plaisir de retrouver enfin des têtes familières, et surtout, mes amis !!

Le trip a plutôt bien commencé, je suis descendu en stop à Queenstown rejoindre mes amies Julie et Charlotte (rencontrées un mois auparavant sur une plage non loin d’Abel Tasman), qui m’ont gentiment hébergé et amené a l’aéroport en échange d’un repas délicieux cuisiné par mes soins (HUM !). Le vol se passe nickel, décollage au milieu des montagnes avec couché de soleil, j’ai été surclassé sans le savoir (j’ai eu droit aux soft drinks illimités + repas + téléviseur compact gratuitement, je n’ai pas cherché à comprendre…) et 3H après me voilà à atterrir de nuit en Australie avec vue sur le pont + opéra de Sydney ! Magique !

Ensuite s’en suit une semaine intense de marche urbaine avec Joffrey et Audrey, des plages environnantes (Bondi beach et Manly) au centre-ville. Je me suis senti complètement dans un autre monde les 3 premiers jours, ça faisait 2 mois que je n’avais pas vu de ville, et 3 mois sans grands immeubles ! Ok ça fait un peu pèquenot en ville, mais je sais m’adapter ;)
Le centre-ville n’est pas immense, l’entrée du port avec le fameux pont et l’opéra sont très impressionnants, j’ai adore le Darling Harbour, très animé le soir, ou on a pu voir un feu d’artifice avant d’aller au casino. Les plages de Bondi et Manly sont très touristiques mais magnifiques : on peut y voir le style de vie des locaux, couché de soleil sur la plage, beach volley et surf… posé. J’ai aussi bien aimé la piscine publique a débordement sur la mer. Et comme on ne peut pas passer en Australie sans faire un barbeuc, on s’est offert un kilo de bacon + œufs, on est australiens ou pas ??

On est un petit peu sortis le soir, boire un verre ou prendre des photos… On a croisé une chauve-souris immense (50 cm d’envergure !!!) en pleine ville. Sympa. On a également vu des perroquets blancs (leur nom m’échappe) et verts, extrêmement bruyants. Joffrey et Audrey, qui sont en Australie depuis 6 mois ont trouvé ça normal de voir autant d’animaux, mais pour moi c’était que du neuf, vu que la faune en Nouvelle-Zélande est plutôt ennuyeuse…

Je vous écris ce court article depuis Bali, ou je reste pour une vingtaine de jours, au chaud a 30 degrés.

A bientôt

WANAKA lifestyle !

Hello !

Oui, Wanaka. Ça se prononce comme ça s’écrit, et je n’ai que ce mot à la bouche depuis mon arrivée dans cette petite ville. Situation : Wanaka se situe au milieu des montagnes, au bord d’un lac, à 20min de route des stations de ski et 5min de supers spots VTT ! Cette petite ville (7 000 habitants) a environ 5 magasins de vélo, 4 de ski et au moins 5 boutiques de montagne. Voilà, maintenant que le contexte est placé, vous comprenez que je n’irai pas plus loin pour passer l’hiver !

Après une arrivée “difficile” (nuit très froide et coup de blues), j’ai trouvé un HelpXChange (souvenez vous, comme chez Jackie et Brian) ; je suis donc logé chez Jane, et son fils de 8 ans, Tao, en échange de services comme jardinage et autres bricolages diverses. A côté les activités ne manquent pas. Je vous vous laisse voir sur la vidéo !

Je me plais vraiment ici, je m’entend bien avec Jane et Tao, tout roule (c’est le cas de le dire !). D’ailleurs le VTT Blanc (GT FORCE 3.0 2013) est à moi, je l’ai acheté sur l’équivalent du bon coin ici pour un bon prix (j’ai bien négocié, faites moi confiance ;). Je me suis trouvé également un boulot sur une semaine en tant que “jardinier”, il s’agissait en fait plus d’élagueur, j’ai aidé Lee (mon collègue sur la vidéo, qui est d’ailleurs super cool) à abattre des arbres à longueur de journée… C’est pour la mairie, pas de soucis je n’ai pas participé à une quelconque déforestation !

Je fais du VTT quasiment tous les jours, dès fois avec Jane et son pote George, dès fois avec Lee ou tout seul (d’où les sessions dans le bike park…). C’est plein de singles aménagés, bien entretenus. Mais à mon gout ça manque de Vélo de Montagne ! On verra ça par la suite. Quand je bricole pas ou fais du VTT, je passe la plupart de mon temps avec Tao, à faire du trampoline (il est bon le petit !), des légos ou encore aller squatter une maison de rêve avec piscine intérieur (cf vidéo ;). J’ai aussi pu emprunter un de leur kayak, et faire un petit tour sur le lac. Taupe Coule, sauf qu’il s’est mis à pleuvoir, mais bon ça on le sait pas hein.

Je mets quelques photos, les paysages d’automne sont MAGIQUES, mais hélas en photo/vidéo ça ne rend jamais aussi bien qu’en vrai :)

Une autre aventure se prépare pour le mois de Mai, puisque je pars à Sydney rejoindre mes chers Joffrey et Audrey ! Ensuite je rejoins Brice à Bali pour 3 semaines d’été en Indonésie pour se préparer à passer l’hiver. Non mais, vous croyez pas que vous allez frimer avec vos photos de printemps et que je vais rester là sans rien faire !

A la prochaine pour encore plus d’aventures !