Raglan Lifestyle : SURF !

Bonjour à tous,

Pour la suite des aventures (et fin?!?!), après le road trip en famille qui aura duré plus d’un mois, je me retrouve tout seul en NZ. Sur les conseils d’Arthur et de Jane, je prends une voiture de loc puis direction Raglan, petite ville au bord de mer au Sud Ouest d’Auckland :

Raglan town, New-Zealand

Raglan town, New-Zealand

Raglan, c’est très connu pour être un super spot de surf. Et moi, le surf, j’y connais rien ! Qu’à cela ne tienne, je réserve un lodge pour deux nuits, et prévois d’essayer.

Finalement, je resterai 2 semaines complètes sur Raglan, dans ce même lodge tellement j’ai aimé ! L’ambiance dans le lodge (aka backpacker) y est excellente, petites chambres (4 lits) grande cuisine, grand salon et staff super sympa. Je me fais pote avec tout le monde et me retrouve dans les petits papiers de la gérante (j’ai régulièrement droit à être tout seul dans une chambre pour le même prix !).

Je me fais des potes des USA, et pas mal d’allemands, dont Loukas, qui a un skateboard (longboard) et m’apprend à m’en servir : bonnes sensations là aussi, mais sans protections, mes mains s’en souviendront ! Je passe mes journées à flâner, faire des randos, faire du longboard, et surtout, à surfer dès que les conditions sont bonnes !!

Effectivement, étant pote avec la nana de la location, j’ai droit à un super rabais ! Au final je me ferai également pote avec le gérant, qui me fais également des prix, même si il voulait absolument me vendre des cours au début (négation absolue, trop cher !).

Je loue une planche de surf + combinaison une à deux fois par jour (en fonction de la marée), et ça y’est, je suis un surfeur !

Bon en fait, côté surf… les 2 premières heures j’ai eu le droit à un paquebot (énorme planche de 8″ en mousse), sur laquelle j’ai appris à me lever. Je suis ensuite directement passé sur une planche plus petite (7″6, soit 2m20), certes toujours softop (dessus en mousse) mais je progresse très vite et prends rapidement les greenwaves (des vraies vagues, pas la mousse ;). Le loueur me file quelques tuyaux et une heure plus tard je fais mes premiers virages (je vais où je veux!). Le top !

Après quelques heures je comprends également comment ne pas trop galérer pour remonter les vagues, ne plus se faire lessiver à chaque vague qui arrive droit sur moi…

Que du pur bonheur, je ne soupçonnais pas de telles sensations en surf !!! C’est en effet très addictif et je reconnais que j’ai vraiment pris goût !

J’ai eu une session particulièrement géniale : la marée étant haute le matin à 7H et le soir à 19H, je loue une planche pour une heure le matin. Et en plus de me faire la ristourne habituelle, le loueur me fais la loc gratos le soir, me laisse la planche jusqu’au lendemain matin : c’est avec des conditions optimales (marée haute + pas de vent) que j’enchaîne les vagues, avec un couché de soleil magnifique sur l’horizon et des couleurs de fin de journée magnifiques. Plage de sable noir, collines verdoyantes, falaises éclairées par le soleil, ciel bleu foncé, parsemé de nuages noirs menaçants !

Je crois rêver et n’en reviens pas de la magie du moment. Je ne résiste pas et retourne sur la plage une fois ou deux pour prendre des photos tellement c’est magnifique !

Sur l’eau, je me fais des potes, allemands, kiwis, USA, peu importe on est tous assis sur notre planche à attendre la vague (la parfaite pour eux, et celle qui voudra bien me prendre pour moi !). On se fait des vannes, on déconne, et dès que ça glisse on crie de plaisir !

Mis à part de ces nouvelles sensations absolument géniales , Raglan est une jolie petite ville tranquille, communautaire (qui me fait penser à Wanaka d’ailleurs!) où tout le monde vit au rythme des marées et conditions : les locaux font régulièrement un crochet vers les spots de surf pour voir si ça surfe. Si oui, le taf attendra encore un peu ;)

Je vous écris ce billet depuis Auckland, où je passe une dernière grosse soirée avec mes amies locales, avant de passer ma dernière nuit à l’aéroport, et m’envoler pour une nouvelle aventure…

Bref, j’ai fait un trail…

Une brève page de sport ;

Après un retour de vacances au ski en NZ, un pouce dans le plâtre et 3 jours de grippe, ça y’est mon coloc Quentin m’a persuadé d’aller faire un Trail. Un Trail, kézako ? En voici l’idée que j’en avais :

Une bande d’énervés partis pour courir dans des endroits improbables, comme des dératés, sur des distances ridiculement longues ! Bon ça fait un peu fermé d’esprit, mais à la base n’étant pas trop fan de courir, je ne sais pas trop comment je me suis laissé embarqué là dedans…

Et oui, qui dit sites improbables dit beaux sites, qui dit longues distances dit entrainement. Sans entrainement et adorant la course à pied (hum), on part donc pour 2 jours de camping à Poé pour le Trail, avec M. Christophe, ami d’Ecosse et Amélie, rencontrée dans l’avion lors de l’arrivée récente de Chris. Quentin, nous ayant été l’entraîneur, il nous a même fait une petite vidéo à mon éloge :

J’ai presque plus marché que couru, j’ai pris des photos, des vidéos, et même trimbalé mes couverts de camping… En fin de compte, résultats : Quentin a fait 15eme, Chris 45eme, et moi dans la première moitié (92eme !). On s’est quand même bien amusés, même si courir 1600m sur la plage, PLUS JAMAIS !

Je reviendrai volontiers sur les chemins de Trail pour les paysages magnifiques :

A très bientôt pour de nouvelles aventures sportives !

Vacances au ski : un mois de Juillet normal

Hello,

Il me semblait bien que ça faisait un bail que je n’avais pas écrit sur mon blog ; loin de là l’idée que ma vie était en pause mais c’est vrai que le fait de retrouver une vie « normale » (boulot) ne laisse pas autant de temps que lorsqu’on voyage !

Et justement, peut être parce que j’étais un peu en manque d’aventures ou de vacances, je me suis pris 10 jours de congés…. en Nouvelle-Zélande (on change pas une équipe qui gagne). Et comme c’est l’hiver ici, pourquoi pas pousser un peu et se payer une semaine de ski ?

Une demande de congé + achat de billets plus tard, c’est parti, je quitte Nouméa, direction Auckland. Sur place je retrouve Skye que j’avais rencontrée lors de mon voyage au Vanuatu, elle m’héberge pour les 2 nuits que je reste à Auckland. Au programme shopping et certification CCNP (pas de centre d’examination en Nouvelle-Calédonie..), je re-découvre ce qu’est une ville (y’a du monde et des grands immeubles !).

Skye n’emmène faire un tour en ville le soir, on va dans des bars avec ses amis, ça m’envoie ravi de re-parler anglais et re-découvrir la mentalité Anglo-Saxone. De plus, lors de ma dernière visite à Auckland j’étais en mode backpacker, alors on voit pas les choses sous le même angle quand on est conduit par des locaux :)

Trois petites journées donc bien intenses à Auckland, puis je reprends l’avions direction le froid, la neige, le fun ! Direction aéroport de Queenstown !

2014.07.20_NZ-ski-map

Dans l’avion re-rencontre une connaissance faite l’an passé lors de mon séjour chez Julie, Vedant, un indien qui rentrait de vacances ! Hélas je ne pourrai pas rester à Queenstown le weekend, faute d’avoir réservé, toutes les auberges sont pleines. Qu’à cela ne tienne, une voiture de loc et un coup de fil plus tard, je me fais inviter chez Lee, un ami avec qui j’avais gardé contact lors de mon séjour en Mai dernier à Wanaka.

Je peux rester chez lui 2 nuits, avec ses colocs, avant de rejoindre Jane et Tao, chez qui j’avais prévu de rester le reste de la semaine. Wanaka est toujours aussi magnifique, je suis complètement sous le charme, et revoir Jane et Tao me font le plus grand bien !

Grace à un super deal j’ai le forfait ski gratuit à Treble Cone, probablement la meilleure station de ski de NZ. Vous devinez le reste du programme…

Niveau enneigement on a vu mieux, hélas la saison n’est pas très bonne cette année… j’ai eu un petit peu de fraîche mais en dessous c’était du béton. Pas grave, il a fait beau et j’ai retrouvé mes sensations de ski qui me manquaient tellement !!

Quelques photos pour la beauté du paysage :

Sur la vidéo la gamelle me laissera un petit souvenir de mon séjour, car je me suis cassé une phalange du pouce. C’est partit pour 1 mois et demi de plâtre, ça pourrait être bien pire. Je vois ça comme un manque cruel de pratique auquel il faut remédier !

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

VTT en Nouvelle-Calédonie

Oyez oyez braves gens (et gentes)

Plus trop de posts sur le blog, qué pasa ? Et bien en fait, justement si, tout va bien ! Je suis toujours en Nouvelle-Calédonie et bien vivant, malgré les nombreuses plongées avec les requins, invasions d’asticots à l’appart, soirées interminables dans nos bars préférés (les seuls en fait… ;), randonnées diverses et mon essai au VTT descente.

Oui, justement je vais vous raconter ce dernier point, le VTT. Parceque la Nouvelle Calédonie, c’est des belles plages de sable blanc, un lagon turquoise plein de tortues et de requins, des îlots et des noix de cocos. Mais ca, je vous le raconterai une autre fois, en vidéo si l’envie m’en dit :).

Donc voilà. Ça y’est, après ma très mauvaise mésaventure à CoperBeech où je m’étais fait piquer mon VTT (août dernier, mais désolé ça marque!), j’ai craqué en Avril, je me suis racheté un VTT. Tout neuf, 27″5, ça ne me ressemble pas tout ça ! Mais c’est un semi-rigide, jaune pétant, là on retrouve le retour aux sources (souvenez vous ce cannondale F300 !). Ce superbe vélo flambant neuf m’avait jusque récemment servi uniquement à aller faire l’andouille sur le bord de mer… Je me suis inscrit au club de VTT local, VTT Passion, où j’ai été rapidement été invité à une “sortie test” afin d’évaluer mon niveau. Petit tour dans le Sud de l’île, le niveau et la convivialité de cette sortie m’ont suffit à me convaincre. Une licence plus tard et un échange d’astreinte du travail, et c’est partit pour 3 jours de VTT dans le Nord.

Mon nouveau bike. Casque lunettes gopro vélo fluo et c'est parti !

Mon nouveau bike. Casque lunettes gopro vélo fluo et c’est parti !

Je n’étais pas certain du programme, on m’a vendu par email une traversée de la grande terre, je me suis dit que ça devait être intéressant, bah en fait c’était carrément costaud ! Au programme 32km 1400m de déniv le premier jour, 23km 1000m de déniv le second, et 1600m de déniv pour 67 km !!

Autant dire que vu le peu d’entrainement depuis 2 ans, ça s’annonçait sport. Qu’à cela ne tienne on part le Vendredi soir pour Koné, 4H de route au Nord de Nouméa, pour dormir chez Dominique et Fabienne, participant également à la sortie. On est super bien reçus avec Laurent (mon co-voitureur) et après une courte nuit (le réveil de Dominique a été dur à 5H30 !!) on rejoint le reste du groupe. Certain sont à cheval ou à pied, et le ravito est assuré par 4×4. Ce dernier est blindé, avec une remorque, car nous sommes 24 participants !

Premier jour un petit peu de portage, mais rien de bien méchant comparé aux plans galères avec le CAF de Lyon ;) Il y a de bonnes descentes et les paysages sont variés, on déloge pas mal de cerfs à débouler à 200 à l’heure. On rejoint le groupe qui est à cheval pour le pique nique au bord d’une rivière.

Le soir arrivée au campement, qui est à 5H de 4×4 de notre départ. Et vu la piste (on en a emprunté une partie à VTT) ça devait être sport, entre les traversées de rivière, les ornières etc… L’endroit où nous restons est en fait une grande cabane faite de bois et de tôle, toute ouverte, avec lits superposés fais maison, un petit coin toilettes et douche (avec un chauffe eau au bois svp!).Au menu du soir cerf fraîchement chassé, rhum arrangé et convivialité. J’essaie tant bien que mal de retenir les noms de tout le monde. Ça me change de rester avec des gens qui sont établis depuis longtemps sur le territoire. Et surtout avec qui on a une passion commune :)

Le lendemain matin, les jambes piquent un peu, qu’à cela ne tienne je me fais embarquer dans un petit groupe pour une reconnaissance. Là encore rien de galère, ça roule ! On passe sur quelques propriétés de Calédoniens, occupés à dépecer les cerfs chassés dans la nuit. Oui, le sport officiel ici c’est la chasse au cerf, ce sont des nuisibles en Calédonie. D’ailleurs, ici ça ne rigole pas avec la notion de propriété privée. Comme nous passons sur des terres privées, il est obligatoire d’appeler les proprios pour les prévenir de notre venue…

Le soir rebelote, repos, dépeçage et cuisine des cerfs chassés pendant la journée pour ceux qui ne sont pas allé rouler. Une autre équipe est partie pêcher des poissons, une anguille et des crevettes dans la rivière. On a plutôt bien mangé :)

Et pour notre dernier jour, les fameux 67 km pour rentrer à Koné, de l’autre côté de la grande terre. Heureusement le terrain est bien roulant, donc pas de soucis avec le semi-rigide. On se prend une ou deux descentes vraiment sympa de plusieurs km, on traverse des rivières et on mange de la poussière sur les pistes qui nous ramènent tout doucement vers la civilisation.

De retour à Koné, le 4×4 a mis cette fois-ci moins de temps que nous, on récupère nos affaires et malgré la fatigue (surtout pour moi !) on se dit au revoir dans la bonne humeur. Faut dire que j’ai pas mal tiré la langue sur les derniers 15 km !

Un weekend bien remplit, et une bonne fatigue pour rentrer au boulot le Lundi matin. Il n’y a que ça de vrai !

Road-trip to the mountains !

Sept semaines à Blenheim, qui se finissent au bord de la route, à faire du stop… C’est comme ça que le dernier épisode s’était terminé ! Et depuis, en 10 jours, il s’en est passé des choses ! Ce fût intense, alors je vais essayer de faire un condensé, mais je ne lésinerai pas sur les photos !

Donc, j’avais vendu mon van, et ma maison qu’était l’auberge à Blenheim. Voici sur carte mon itinéraire pour les 10 jours qui ont suivi :

Map

1300km de road trip !

 

Ça en fait des kilomètres (près de 1700 avec le retour!), mais j’avais pas tout à fait fini mon tour de l’île du Sud, et comme j’aime pas faire les choses à moitié…

Pour commencer, je suis descendu en stop jusque Christchurch, ça a été un peu galère à commencer, mais j’ai fini à l’arrière du van d’une fille de mon auberge avec 2 autres allemands, qui allaient à Kaikoura. De là, aucun souci pour descendre jusque Christchurch, rejoindre Emma (souvenez-vous, lors de mon road-trip avec Julie) et récupérer ma voiture de location (je suis un homme riche depuis que j’ai vendu mon van!). Direction Wanaka, avec deux points d’interet avant.

Lake Tekapo et Mont Cook

Avec ma super voiture blanche, je prends la route depuis Christchurch pour aller rejoindre Jane et Tao, à Wanaka, où j’avais déjà passé tout le mois d’Avril ! Sur la route, ce ne sont pas les centres d’intérêt qui manquent.

Après une journée de route, j’arrive à Lake Tékapo, petite ville de montagne qu bord d’un lac, de couleur bleue turquoise, avec une vue sublime sur le Mont Cook (sommet culminant en NZ). La vue y est sublime, j’assiste au couché de soleil et dors en auberge sur place.

Le lendemain je continue ma route, en passant par le lac Pukaki et fais un petit crochet (de 150km quand même) pour aller voir le Mont Cook. Le temps a été superbe sur la route longeant le lac, mais hélas la vallée pour accéder au Mont Cook est totalement dans la purée : brouillard, vent, pluie et neige… Tant pis pour le Mont Cook, la route aura été tout de même magnifique !

Le soir j’arrive à Wanaka, où je retrouve Jane et Tao :)

Wanaka : ski à Treble Cone

Lors de mon séjour à Queenstown, j’avais eu l’occasion d’aller skier aux Remarkables, mais j’avoue que j’avais été très déçu : seulement 2 télésièges, pas de pente, et … 100$ le forfait journée !!

Cette fois-ci je me remet au ski dans des meilleures conditions : il a neigé toute la nuit la veille, Treble Cone est réputée pour être la meilleure station de NZ (pour skieurs avancés) et j’ai le forfait gratuit (bon plkan grâce à la loc de voiture). Je serai monté au total 3 jours, une journée avec Jane et ses 2 woofers, une journée tout seul et une dernière avec Jane et Tao.

Je me suis réconcilié avec le ski en NZ ! Certes, il y a que 2 télésièges aussi, mais c’est raide, et la pente, moi j’aime ça !! En plus, la majorité du domaine est du hors piste ! Et comme il a neigé le soir de mon arrivée, on a eu droit à presque 20cm de poudreuse. Et enfin, la vue depuis la station est à couper le souffle : vue panoramique sur le lac Wanaka ! Que du pur bonheur !

Mount Aspiring National Park

Encore une petite déception lors de mon séjour à Wanaka en Avril, l’accès à la vallée du Mnt Aspiring était fermé suite à une inondation qui avait détruit le pont. Cette fois-ci, malgré le froid hivernal, l’accès était possible ! Et là, à même pas une heure de route de Wanaka, ce sont encore des paysages montagneux magnifiques qui se sont offerts à moi. Au fond de la vallée, après 16km de route de gravier et traversée de petites rivières (sympa avec la voiture de loc…), une petite randonnée de seulement 2H permet d’arriver quasiment au pied d’un glacier. Là en plus d’une vue superbe j’ai pu assister à plusieurs avalanches…

Milford Sound

Et pour finir mon road-trip, un (grand) détour pour aller visiter la région des Fiordlands, au Sud de la NZ. C’est une région que je n’avais pas pu aller visiter à cause des rudes conditions d’hiver et du manque d’argent au mois de Juin, en rentrant d’Indonésie. Cette région est également réputée pour son climat très rude en hiver, les montagnes bloquant les tempêtes provenant de l’antarctique.

Au départ de Wanaka donc, plus de 400km à parcourir en une journée ! J’y arrive, et décide d’enchainer sur une randonnée de 2H30 pour aller passer la nuit en refuge. J’arrive tard, vers 15H, dans les Fiorlands, mais ça en valait la peine : superbe lumière de fin de journée ! Vue imprenable sur les glaciers depuis le fond de la vallée ! Lors de la randonnée, il y a des (petits) lacs d’altitude un peu partout, et je trouve mon refuge juste avant la nuit. Hélas personne (oui, c’est l’hiver!), je passe la nuit tout seul, au milieu de la foret vierge surplombée par des glaciers !

Le lendemain, après une bonne rincée pendant la nuit, ça se dégage et je redescends à la voiture pour continuer la route vers le Milford Sound. Après avoir passé le Homer tunnel (simple voie non éclairé ni revêtit…), c’est un nouveau paysage que je découvre !

Des falaises de rochers vertigineuses des deux côtés de la route, avec des cascades immenses provenant des glaciers, qui font leur toute au milieu des dalles rocheuses ou des couloirs d’avalanche ! Magnifique, je n’arrive pas à avancer tant que je m’arrête pour prendre des photos ! Les rivières sont gonflées au maximum, le soleil jouant à cache cache et le froid font une lumière superbe.

Arrivé au bout de la route, au Milford Sound, c’est de nouveau un paysage hallucinant que découvre : un fiord, comme en Norvège ! Des falaises de rocher ou de végétation, parsemées de puissantes cascades, qui plongent directement dans la mer ! Les nuages au milieu en font une scène encore plus dramatique !

Je prends un bateau pour aller faire une petite croisière, certes c’était cher mais la vue n’avait pas de prix ! Des cascades au milieu de foret vierge, surplombées par les glaciers, avec des phoques et pingouins à foison ! La nature à l’état brut ! Un paysage digne de Jurrasic Parc, tellement les paysages sont vierges de toute trace humaine !

Voici les photos, désolé il y en a beaucoup mais le tri est difficile :

Le Milford Sound est sans doute l’un des plus beaux endroit de la NZ que j’ai visité, avec de près Wanaka, Mnt Aspiring et Abel Tasman ! Dire que j’ai failli passer à côté !

Je reprends donc la route maintenant pour Queenstown, où j’ai un avion à prendre pour Auckland, dernier stop de mon aventure en Nouvelle-Zélande !

 

 

 

Arthur’s Pass, un peu de montagne !

Arthur’s pass !

Après des aventures sous-terraines près de Karaméa (top west coast) je continue ma descente vers le sud avec Joana et Kat.
Une bonne douche bien chaude à la piscine municipale et un super spot pour camper le soir (couché de soleil sur la mer Tasman siouplais :), la prochaine étape est les Blowhole rock. Il s’agit en fait de grottes au bord de mer, qui, à marée haute, fond un bruit impressionnant et recrachent l’eau de mer qui s’y engouffre. Évidemment on arrive là bas pour la marée basse, encore un prétexte pour camper au bord de mer (à savoir couché de soleil – vagues – skimboard).
Le lendemain matin, marée haute, mais mer calme : on aura donc pas le droit aux fameux bruits sourds et éclaboussures ! Tant pis, on continue direction la montagne, Arthur’s Pass ! Je recroise en passant un allemand que j’avais rencontré 2 mois auparavant sur l’ile du Nord.

Aurthur’s Pass est un col montagneux sur lequel passe la route principale qui relie Chrischurch (Est) à Westport (Ouest). Ce parc national est réputé pour ses montagnes, et évidemment randonnées ! On y sera resté au total 5 jours. Le premier jour, après avoir totalement subi pluie, vent et froid, Kat décide de faire cavalière seule. Ok, le lendemain Joana et moi décidons de grimper sur Avalanch Peak, une petite rando qui sera en fait 6H de marche pour 1100m de déniv. Avec vue (entre les nuages) à 360° sur la quasi totalité du parc, faire la rando nous a permis d’avoir un petit aperçu de l’immensité du massif.
Le lendemain, la météo étant clémente pour les 3 prochains jours, direction l’Office du tourisme local pour louer une carte et planifier un petit trek de 3 jours.
Super météo, on part avec nos tentes mais finalement le premier soir on dort en refuge. Le deuxième jour est hors sentier, on passe un col en choisissant notre propre itinéraire à l’aide de la carte et de 3 américains qui étaient également dans le refuge. Petit lac en passant, baignade obligatoire :). Le soir c’est camping sauvage dans l’autre vallée, hélas pas abritée du vent (merci le sac de couchage thermostat 8 !).
Dernier jour, retour à Arthur’ Pass, où on retrouve Kat qui s’est faite peur seule en montagne (elle a bien failli redescendre en hélico..). Dernière nuit au bord du feu de camp (avec des locaux cette fois ci!) avant de reprendre la route vers le sud.

Niveau montagne certaines choses m’ont surprises : ils n’ont pas de cartes au 1:25000ème, que du 1:50000, donc pas très évident pour tracer hors sentier ! Ensuite, lorsque l’office du tourisme local ou le DOC proposent des itinéraires, ils ne précisent jamais les altitudes ! Ils restent très vague en mettant un temps très approximatif (e.g. Goat Hut : 8H). Autre chose, contrairement aux Alpes, les routes sont très éloignées des endroits engagés. Il faut donc en général quasiment une journée de marche pour atteindre des cols ou carrément sortir de la forêt. La moindre petite journée “engagée” demande 2 jours A/R d’approche. Carrément soulant à la longue la marche dans la forêt ! Ensuite, les chemins : quand on a pas droit au passage assez large et tassé pour faire des courses de chaises roulantes, ils sont capables de construire à 1500m d’altitude (1 jour de marche de la route) carrément des passerelles en bois ! C’est ou bien l’autoroute ou trace ta route entre les falaises avec une carte au 1:50000ème, c’est fou !

Le petit plus de cet épisode : lors d’un camping au bord de mer (oui, je faisais du skimboard avec le couché de soleil en arrière plan sur la mer !) on a aperçu des dauphins très près du bord ! Aussitôt j’ai voulu aller les rejoindre à la nage mais hélas dû à l’heure tardive je voyais rien dans l’eau ! C’est après être sorti qu’on a vite compris pourquoi les dauphins étaient si près du bord : en second plan on pouvait voir des orques qui étaient de chasse ! Trop beau, le pique nique sur la plage, dauphins, orques et couché de soleil en arrière plan. Un des moments forts !

Prochaine étape : les glaciers ! Et comme on se marre bien tous les 3, on continue ensemble :))

Going pro

Suite à mon départ de ma boite je me suis fait offrir une Gopro2 !
Les collègues ont vraiment assuré et ont tapé juste ! C’est donc dans une très bonne ambiance, dans un carton énorme, remplit de polystyrène et d’une borne wifi mytheuse, que j’ai trouvé sous le faux fond mon cadeau de départ, une Gopro2 flambante neuve !

J’ai par la même occasion eu un repas surprise par mes collègues de Paris alors que j’étais de passage sur la capitale, et ces derniers (évidemment en accord avec mes collègues de Lyon) m’ont offert le battery pack.

Autant dire que j’ai vraiment été gâté et que c’est vraiment très généreux et gentil, un grand merci à toute l’équipe de Lyon et le support Paris de Tel Findus !

Et pour tester mon nouveau jouet, voici mon premier montage, lors de deux jours de VTT dans le sud de la France juste avant Noël. A noter le soleil et l’habillement : short tee shirt, un 23 décembre pas mal :)

Ayant un appareil photo qui prend des vidéos en Full HD en plus de la Gopro, j’ai décidé que j’allais essayer de faire des vidéos plus souvent. Je ne m’y connais pas beaucoup alors on verra ce que ca donne !

A bientôt pour de nouvelles aventures !